Aqua Virtus Sanctum Veritas

Forum Groupe Ars Magica - Saga de Feyd
 
AccueilCalendrierFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Retrouvailles / Hiver 1196 / Mathilde au pays des merveilles

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Feyd
Admin
Admin
avatar

Messages : 1728
Date d'inscription : 04/04/2009
Age : 820
Localisation : MidSummer night dream... too nightmare ?

MessageSujet: Retrouvailles / Hiver 1196 / Mathilde au pays des merveilles   Ven 3 Juil - 19:37

Les apprentis magiciens grelotaient dans le navire dans lequel la petite communauté survivante de Gerfroid s'était entassée.

Le froid de l'hiver mordait à travers les vêtements de laine. Les embruns et les vents qui assaillaient le navire étaient autant d'adversaires dans la lutte pour la survie.

les hommes, les femmes et les enfants étaient serrés les uns contre les autres pour se réchauffer autant que possible. Les hommes se relayaient pour ramer quand le vent se révélait insuffisant pour les pousser en avant.

Le trajet sur la côte bretonne puis d'Aquitaine avait été difficile pour tous. La tristesse de tout ce qu'ils avaient perdu restait à l'esprit de tous. Les rares étapes que l'intendant Arnaud avait décidé pour récupérer eau douce, nourriture et de quoi se reposer étaient souvent sources de problèmes avec les populations locales. Ces dernières craignaient à la vue des hommes en armes, du navire et de ces étranges "astrologues" la venue de leur pire cauchemar. Heureusement, la présence de somme en argent suffisait généralement à calmer les esprits.

Le contournement de la péninsule ibérique avait été également sources de maux divers. Tant que les royaumes chrétiens d'Asturies, de Galice puis du Portugal étaient en vue, cela pouvait encore aller. Mais la lutte permanente contre les califats musulmans du Sud pouvait à tout moment entrainer le groupe dans d'atroces aventures... D'ailleurs, l'attaque de pirates maures au passage des colonnes d'Hercules faillit mettre fin au périple des survivants de l'ile bretonne. Plusieurs hommes périrent sous le coups de flèches tout en défendant les survivants du navire. Les mages réussirent à bouter le feu sur le navire ennemi et à attiser le vent dans leur mature pour fuir leurs adversaires.

Un repos bien mérité à Barcelone permit à tous de se reconstituer des forces pour les semaines de voyages restantes. La rencontre avec des Magi de l'alliance de Barcelone permit également de rencontrer des magiciens en terres étrangères. Néanmoins, Farusca de Jerbiton, magicienne qui dirigeait l'alliance obligea le groupe à partir au bout de quelques semaines car la présence nombreuse des habitants de Gerfroid dans la petite alliance située en plein cœur de Barcelone risquait de mettre en péril la sécurité de l'alliance.

Les dernières semaines de voyage amènent le navire en vue des côtes du comte de Toulouse puis du comte de Provence. La vision que leur avait permis de voir le roi Odonros, l'allié féérique de Gerfroid, au moment de leur fuite leur apparaissait enfin sous la forme du bras du Rhône appelait le "petit Rhône". le navire remonte pesamment le fleuve sur plusieurs dizaines de lieues. Les bourgs et villages croisés sur ce fleuve ne permettent pas d'y amarrer. Une galère fortement armée avec deux blasons les aborde pour connaître leur destination. C'est avec difficulté qu'ils se voient accorder le droit de remonter le fleuve jusqu'à Saint-Gilles en se présentant comme des Pélerins de retour de pélerinage. Le noble commandant la galère leur interdit de remonter ainsi armé jusqu'au port d'Arles sans un laisser passer officiel.

Saint Gilles apparait enfin. Cette petite ville neuve située à une douzaine de lieues au sud-ouest d'Arles accueillait dans son port des navires et marchandises italiennes, des pèlerins des provinces du nord, des navires catalans et même des nefs du levant. Le sénéchal en charge du port posa de nombreuses questions et les problèmes furent nombreux. Les échanges en latin permettant quand même de se comprendre. Un lourd péage fut néanmoins prélevé.

Les hommes et femmes de Gerfroid, en l'absence de leurs anciens maîtres le Roi Korstar, Oronel, Dreifuss et même le "regretté" Ignar, étaient perdus et doutaient des moyens et capacités des jeunes mages à les mener au terme de ce périple.

Leur jeune roi Kungsörn était lui-même dans le doute. Les jeunes mages se demandaient si la vision du roi était réelle ou seulement un mirage.

C'est le jeune Alain qui tomba par hasard en se promenant dans l'immense marché aux portes de l'abbaye de Saint-Gilles, sur la jeune mage Htéleb qui était accompagné de 4 compagnons.

Les retrouvailles furent joyeuses, l'échange des aventures que chacun avait vécu passionnant.

Les jeunes mages Htéleb, Lazarus, Chymer et Cygnus, avaient traversés par le chemin de Boisné les terres entre la Normandie et les Cévennes. Après une étrange aventure sur les terres du Chevalier Geoffroy de Florac, ils prirent le chemin avec un nouveau compagnon, Aymond. C'est sur la voie Régordane, l'ancienne route pavée romaine qui relie les Cévennes à la Provence qu'ils firent le trajet. Après le passage des "Portes" des Cévennes, de la ville d'Alès et de la cité de Nîmes, ils arrivèrent au bout de la voie Régordane en plein cœur de Saint-Gilles.

Mais les échanges de ces retrouvailles furent de courte durée.

En effet, la réalité s'imposait encore à eux. Que faire ? Où s'installer ? Comment ?

Mais le jeune mage Chymer avait quand à lui le besoin de se rendre à Arles pour rendre visite à ses parents. Quelques autres profitèrent de l'accompagner pour se rendre à Arles, une des plus grandes cités de la région.

Les autres attendraient donc son retour en réfléchissant aux possibilités restantes.


Dernière édition par Feyd le Lun 17 Aoû - 17:49, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://avsv.forumactif.com
Feyd
Admin
Admin
avatar

Messages : 1728
Date d'inscription : 04/04/2009
Age : 820
Localisation : MidSummer night dream... too nightmare ?

MessageSujet: Les chroniques de Robert le pieux – épisode 2 : Mathilde au pays des merveilles 1/2   Mer 12 Aoû - 14:59

Les chroniques de Robert le pieux – épisode 2 :
Mathilde au pays des merveilles

Joueurs :
• Robert le pieu (Sophie) – Soldat du clan des aigles
• Naryn (Alex) – Soldat bourrin mais un peu lâche du clan des aigles
• Ouaf (Lionel) – Archère émérite du clan des aigles
• Ramos (Dadoon) – Pèlerin de Compostelle sur un chemin de la foi très très tortueux et connaissant Arles.
• Pierre (Fab) – Troubadour connaissant Arles
• Marcelus de Caen (Marcheur du ciel) – Mage Verditius de l'ex alliance de Gerfroid
• Mentis/Johan (Anthony) – Mage Jerbiton de l'ex alliance de Gerfroid
• Chymer / fils d'Abelard (Alban) – Mage Criamon provenant initialement de l'alliance de Literatus


Après 3 mois de bateau, je fus le premier à mettre pied à terre à St Gilles pour nous attacher à la bite d'amarrage. D’autres mages en compagnie de la Lyla nous ont rejoint. Ils se connaissent depuis leur dernier petit périple où ils ont tous passé je ne sais plus quel épreuve de cuisine.


«T’as de bô yeux tu sais ? …. quoi... 50 sous... voyons ma coquine, pas de ça entre nous, pour toi je ferais ça gratuitement...
- ROBERT !! Arrêtez d'ennuyer cette jeune... heu... femme. Je veux dire, arrêtez de gaspiller votre solde ! Votre roi a une mission pour vous. »

Et voilà, Arnaud m'a encore cassé dans mes élans. On peut même plus s'entraîner aux mot fleuris et en plus de ça me voilà embarqué en mission de garde du corps pour accompagner 3 mages et 2 guides : Pierre le troubadour et Ramos la palourde de Compostelle. Le troubadour pourra pt'être m'aider à conquérir le joli sexe mais j'ai un peu peur des sermons du pèlerin.

Mon bon roi des aigles ne faisant pas partie des trois mages, et notre à peine regrettez Cyanella n'étant plus de ce monde, me voilà commandant des troupes de l'aigle pour cette mission. Je serais à la hauteur de la tâche. Il n'y a que Naryn et Ouaf mais bon, cette dernière à de très bonnes capacités pulmonaires.

Nous traversons la ville de St Giles son grand marché au pied de l'abbaye et quittons la ville. Les terres de St Gilles comme nous l'explique Ramos ne dépendent pas du Comte de Provence mais du compte de Toulouse. Nous nous rendons vers Arles. Johan à pour but d'y dénicher quelques artisans, Chymer aimerait y retrouver de la famille tandis que Marcellus.... Marcellus s'en va à des affaires de mages quoi. Le chien de l'un des mages nous accompagne également. Nous dépassons St Gilles et arrivons bientôt à Fourques un village sur un petit bras du Rhône qu'il nous faut traverser en barque pour atteindre le quartier Ouest d'Arles nommé Trinquetaille. Nous avons pris notre temps aussi est-ce déjà le crépuscule et nous décidons de passer la nuit à la taverne. Toute cette partie de la ville est un endroit très sympathique emplie de la gaîté habituelle des marins qui paie leur tournée avant de tailler une marque dans le bois. Nous nous répartissons dans la salle, Chymer et Marcellus mettant les gens mal à l'aise ils se mettent dans un coin de la salle. Il n'y a pas de danger ici, et loin de notre roi on peut se permettre de boire. Notre troubadour s'occupe de mettre l'ambiance pour payer sa nuitée. Moi, pour une fois, je vais me montrer raisonnable, j'offre tous mes verres à la délicieuse Ouaf qui certes n'a plus la fraîcheur d'une jeune fille, mais qui n'a pas non plus le même instinct de préservation... « Encore un petit verre ma belle ?» Ce soir sera le bon ! Pas de roi pour surveiller, plus que quelques lampées et je l'emmène dans la salle commune, Naryn s'occupera bien de faire le guet pour trois. Demain la Ouaf bandera un peu moins droit que d'habitude mais je compenserais....
Maître Johan s'approche de moi et ma conquête comprenant qu'il veut parler à Ouaf je me lève et les laisse.... « … je n'ose le croire, le mage va tenter de me choper ma petite Ouaf alors que j'ai fait tout le boulot ? » Le troubadour commence à chanter une chanson paillarde... sur un soldat en caleçon faisant boire plus de raison une vieille femme... ? Je rougis « Ho le salaud ! Comment ose t'il parler de ma Ouaf comme ça! » Finalement Johan s'en revient. « Tu l'as un peu trop fait boire dis moi ?
 Heu, elle est un peu guillerette mon bon seigneur....
 Pas de bêtise le premier soir l’ami.
 Quoi, le premier soir ? Mais je vous jure que cela fait des années que j'essaie mon seigneur.
 J'ai dis : pas le premier soir. Nous avons besoin de vous tous en de bonne condition demain pour notre défense. Je compte sur vous soldat !
 D'accord monsieur....
Je m'en repars la queue entre les jambes dans un autre bout de la salle afin de profiter d'au moins une chope pour moi.
« S'il n'en profite pas, il pourrait au moins laisser en profiter les autres, dis-je à Naryn :
 Tu crois pas que tu pousses le bouchon un peu loin ?
 Pas encore mais ça ne saurait tarder haha : demain ! Allez à la tienne Etienne !»

Chymer relève la tête de sa lettre, puis continue son écriture avant de donner la lettre à un coursier pour le double du prix normal. Ils savent pas profiter de la vie ces mages.


Nous sommes réveillés le lendemain matin par un corbeau. Il est malheureusement trop loin pour que je le caillasse. Nous déjeunons et repartons à la recherche d'une barque qui nous permettra de traverser le dernier petit bras du Rhône qui nous mènera au centre de Arles. Passé les rives boueuses de la rivière, nous arrivons dans un quartier dont l'odeur est assez ignoble. Tanneurs et teinturiers et forgerons se sont regroupés ici. Nous croisons des milices, toutes aux blasons différents et se regardant avec méfiance. Ramos profite de la promenade pour expliquer de la politique aux mages. Arles dépend de l'empereur du St Empire Romain Germanique et du comte de Barcelone. Cependant l'archevêque d'Arles à qui sont rattachées beaucoup de terres dans la région a le plus grand pouvoir. En effet, le pape lui a donné le droit d'excommunier qui bon lui semble afin d'assurer la « paix de Dieu ». Ainsi quiconque faisant un peu trop de remue ménage pourrait se voir obliger par l'archevêque de combattre pour dieu ou d'être excommunier.

Je ne crois pas avoir vu autant de monde dans une ville. Nous arrivons même bientôt à une deuxième série de murailles qui sont en cours de construction. D'un coup Ouaf crie un « Attention » Sans même regarder ce qui nous tombe dessus, je saisis le premier mage à portée pour sauter hors de danger. L'intention était bonne mais Marcelllus avait du faire bombance ce dernier été. Les trois mages se mettent à incanter en pleine ville. Ils dévient les pierres loin de tous, Marcellus en réduit même une partie en poussière... Mmm... Je m'époussette moi et Marcelus. Je regarde les pierres éparpillées partout autour de nous et lance un «P'tain en fait ça marche de prononcer des prières en latin » assez fort pour que les badauds de passage puissent m'entendre et évitent de préparer un bûcher. Un peu plus loin un seigneur en côte de maille ne semble pas dupe... Ramos s'en rapproche. Il s'appelle Rostand des Porcelets dont la famille fait construire la muraille. Chymer semble dans la lune, il tend des pierres à un gamin qui s'enhardie de lui lancer dès qu'il a le dos tourné. Je file une taloche au gamin et l'ensemble de la troupe s'enfonce dans le quartier des drapiers à la recherche des vieux du mage. Arrivé devant la boutique de ceux-ci, Ramos et Pierre s'en vont de leur coté à la recherche de la liste de course de Johan : des artisans. Chymer entre parler à sa famille tandis que nous autres restons à monter la garde. Deux hommes poussiéreux comme ceux travaillant à la construction des murailles nous filent le train. Mais rien n'échappe à l'oeil perçant des aigles de ma troupe. Je signale les deux hommes à Johan. Il les regarde 5 secondes, remue à peine les lèvres et m'indique qu'il n'y a pas de quoi s'inquiéter. Ils sont juste poussés par un peu de curiosité et un ordre, très certainement de ce Rostand, de nous suivre. Il suffit que tout le monde ce tienne correctement et tout ira pour le mieux. Il rentre dans la boutique l'air de rien. Je retiens Naryn qui enfilait déjà des gantelets pour les castagner. « Ce Johan me fout les foies » lui dis-je. « C'est bizarre de tous les mages, c'est lui qui met le moins mal à l'aise et pourtant... Les autres au moins quand ils appellent les je sais pas quelles puissances occultes et autre cardinaux pour faire le point... bah ils disent très fort des trucs en 'us' et tout et tout. Lui, rien du tout ! Il pourrait m' faire chuter une pluie de pierre sur la gueule que je l'aurais pas vu lever le sourcil. Brrr....»

Une fois la visite chez ces drapiers finie, nous reprenons notre chemin. Nous retrouvons Ramos et Pierre. Ils ont trouvés quelques forgerons en fin d'apprentissage pouvant faire l'affaire de Johan : un colosse alcoolique, un malingre doué ou un gaucher... Bravo le recruteur. Pourquoi pas Cyannella pendant qu'on y ait.

Chymer nous emmène un peu à l'écart de ville. Apparemment il a un endroit pour nous ou passer la nuit. Une grange prêtée par son padré. Je comprend pas qu'il se plaigne. Mon vieux à moi ne m'a jamais refilé que des claques. S'il m'avait revendu moi aussi à un grand seigneur lettré, moi aussi je pourrais impressionner les filles en parlant latin.

Nous allons à cette grange pour passer la nuit. Quand nos deux espions comprennent que nous passerons la nuit là. Ils s'en retournent. J'organise cependant des tours de garde par deux, nous sommes le deuxième soir et après cette journée de marche les mages doivent être trop fatigués pour s'occuper des choses importantes des vulgaires. Ouaf est cependant bien moins docile sans les deux litres de vins de marins... Elle retourne se coucher et je n'ai plus qu'à me trouver un remède de grand-mère pour soigner mon oeil qui commence à gonfler. Elle doit être vraiment folle amoureuse de moi pour me repousser avec autant de force.

Le lendemain matin nous sommes réveillés par quelqu'un frappant à la porte. J'ouvre une main sur l'épée. Il s'agit de l'un de nos deux espions d'hier. Il dit s'appeler Jacques. Son seigneur, Rostand des porcelets, aimerait rencontré les astros..lognes... pour une affaire de la plus haute importance. C'est monsieur Abelard, le père de Chymer qui aurait conseillé Rostand de nous contacter. La famille des Porcelets est responsable du vieux bourg où se trouve la boutique et même où se trouve la grange. Chymer bougonne et s'apprête envoyer se faire paître Jacques, mais Johan insiste pour que nous suivions celui-ci au castel.
Nous partons, en chemin on croise les ruines du vieux cirque romain dont les pierres servent à la construction de la nouvelle muraille bordant l'extérieur du vieux bourg. Après quelques kilomètres à la sortie d’Arles, nous nous trouvons aux abords du fleuve avec au centre une île sur laquelle se trouve le Castel des Porcelets avec un petit village et une église. Nous sommes menés en barques jusqu'à l'île. Nos maîtres rencontrent Rostand tandis que nous nous faisons servir un petit déjeuner bien mérité. Un peu plus tard les mages nous rejoignent. Il s'agirait de retrouver Mathilde, la gamine du Seigneur contre forte récompense. Celle ci serait tombée hier dans un trou profond en jouant dans une clairière. Sa gouvernante Adélaïde serait alors partie chercher de l'aide mais à son retour, la gamine n'était plus dans le trou. Nous sommes présenté à la gouvernante. Nous approchons à peine que celle ci déjà bouleversée est complètement perturbée par les mages. Je connais assez bien cette réaction, aussi tentais-je de la mettre à l'aise tout en détendant l'atmosphère : «Allons ma mignonne, ne soyez pas si impressionnée en me voyant.... » Chymer qui n'a rien compris et n' a aucun sens des gens m'arrêtent immédiatement. Il me murmure à l'oreille « Tu ferais bien de calmer tes ardeurs sinon je devrais t'en faire subir les conséquences... » Je m'arrête net, blanc comme un linge et repart au fond de la salle. Certains mages sont parfois des andouilles sans aucun respect des sentiments des gens... le pire c'est que la plupart du temps ils sont aussi vraiment très dangereux : Adélaïde se débrouillera avec sa peur, et eux pour la faire parler : chacun ses merdes.
Je n'écoute pas la conversation. Nous rejoignons ensuite un maître chien, Adelbard, qui doit nous emmener à la clairière où jouait la gamine. C'est sur la rive et non sur l'île. Nous reprenons la barque. Sur les rives nous marchons cinq minutes et voyons la clairière et le trou. Tous juste de quoi laissé tomber une gamine. Adelbard suivant les ordres de Rostand, nous laisse alors et nous attend sur la rive. Les mages contemplent le trou et sont perplexes... « Alors comme cela, Adélaïde ne l'avais jamais vu avant... il est étroit... 8 mètres de profondeur... trop étroit pour que l'un d'entre nous descende. » Un corbeau croasse et semble se rapprocher. Je m'apprête à le caillasser, mais il s'éloigne dans le petit bois où ressort juste après un chat qui feule en me regardant. Gloups, il s'agissait d'Ego l'animal familier polymorphe de Lazarus. Je cache rapidement les pierres dans mon dos et sifflote innocemment.
Ego me jette un regard noir puis se dirige vers le trou. Il se met à gratter les bords et pénètre dedans. Au fur et à mesure qu'il avance son arrière train de félin, ce dernier devient reptilien. Il pénètre complètement dans sol. Il en ressort quelque minutes plus tard sous forme de serpent et dessine une croix aux abords du trou.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://avsv.forumactif.com
Feyd
Admin
Admin
avatar

Messages : 1728
Date d'inscription : 04/04/2009
Age : 820
Localisation : MidSummer night dream... too nightmare ?

MessageSujet: Chronique de Robert le pieu - Episode 2: Mathilde au pays des merveilles 2/2   Mer 12 Aoû - 15:00

Les mages ont finit de réfléchir. Chymer avance un point lumineux dans le trou pour voir. Marcellus créer un trou parallèle de 2/3 mètres de profondeur là ou Ego avait fait une croix... et moi qui croyait que cela signifiait que la petite n'était pas dans le trou. C'est pour cela qu'ils sont mages et pas moi. Finalement Marcelus relance à nouveau son sort et agrandit un peu le trou dans lequel est tombée la petite : maintenant un homme peut descendre. Cela sent pas bon du tout. Ramos et Pierres sont... bha hallucinés. C'est la première fois qu'ils voient vraiment les mages faire de la magie sans être troublé par des pierres d'une tonne leur tombant sur la tête. Johan les calme et revient se mêler à la discussion avec les deux autres mages autour du trou...

Des trous qui apparaissent et engloutissent des gens... cela ne me dit rien qui vaille...
« Trou très profond ….
- … voir au fond....
- … descendre avec une corde....»
Ho non, non et non ! On me la fait pas deux fois! Je le sens venir...alors pas cette fois. C'est moi qui ais la corde mais ils ont dû l'oublier... Il s'agit de se rapprocher doucement de la rive et de....
« …oui oui Robert à une corde... à moins que l'on.....»
Et merde, plan B ! Je m'approche de Ouaf et commence à l'encorder. Un des mages finalement ce retourne
«[Marcellus] Robert ?! Que faites vous ? »
 [Robert ] Bha je me suis dis maître Marcelus que... enfin je vous est entendu et... vous souhaitiez que l'un de nous descende et … heu le trou est trop étroit pour qu'un homme baraqué comme Naryn et moi descendions… alors que…
 [Chymer] Robert....
 [Robert] Mais, mais.... je vous jure maître Chymer...
 [Johan/Mentis] Mais oui, mais oui, il fait bien.
 [Chymer] S'il vous le dite Mentis.
Il n'y a bien que Chymer qui appel Johan par son nom de mage. J'ai bien faillis numéroter mais abatis, mais au moins je descendrais pas dans le trou. Je fini d'encorder Ouaf et m'apprête à la descendre. J'aurai bien refilé la tache à Naryn mais je crois qu'il faut que je fasse preuve de bonne volonté...
Dans le trou, Ouaf se plaint de ne rien voir. Chymer décide de... « l'aider ». Elle pousse un cri. Ma bien aimée Ouaf ressort finalement quelques minutes plus tard. Elle a la main aussi lumineuse qu'une bougie et dans l'autre main elle brandit un morceau de tissu retrouvé au fond du trou.

Grâce à ce morceau de tissu, Johan arrive à écouter ou se trouve la mioche. Apparemment, elle rigole, elle s'amuse. Elle serait au milieu de bruits de la forêt. Cela les convainc qu'elle doit se trouver en un milieu féerique. Qu'est ce qu'ils sont forts, moi j'aurais simplement fouillé les forêts alentours. Après délibération les mages rappelle Ego sous forme d'oiseau, et lui demande d'aller réclamer l'aide de Lyla Hteleb avec également des sources de vice....
Bizarre s'il voulait du vice j'aurais pu leur en donner du surplus du mien.... mais je suspecte Hteleb d'en avoir plus que moi.... Et moi qui pensais qu'on s'en serait débarrassé....

Après un retour rapide au castel pour récupérer une carte de la région, nous passons le reste de l'après midi dans la clairière à attendre le retour de la disciple d'Ignar de Tytalus. Elle arrive en fin d'après midi en carriole. Après quelques effets de style, elle aide Johan à lancer un sort permettant de localiser la gamine. D'après eux, elle se trouve à quelque lieu au sud dans un immense bois. Hteleb rejoint le bateau tandis que nous partons en direction de la forêt.

Sur le chemin, j'entends les mages parler, nous nous dirigeons vers le « bois des Rièges ». A ce nom je frissonne, ma mère était friande de légendes. Je me souviens qu'elle me racontait que cette forêt primitive était peuplée d'êtres sauvages. En arrivant en face du bois nous sommes face à une impasse. La forêt est extrêmement dense et nous ne trouvons pas de chemin. Je me retrouve obligé de défricher les premiers pas. Heureusement après un bout de défrichage difficile, nous arrivons miraculeusement au début d'un chemin de forêt qui mesure bien 2 grandes enjambées de large! Je suis content de cette aubaine mais bizarrement les mages font la moue. A croire qu'ils aiment me voir travailler. A gauche et à droite la végétation est si dense qu'elle forme un mur infranchissable. Nous avançons donc sur le chemin. Me souvenant de la légende, je place mes hommes stratégiquement pour protéger les mages. Ouaf et Naryn ouvre la marche tandis Ramos et moi formons l'arrière garde. Nous passons un premier croisement, puis un deuxième sur lequel nous marquons notre passage en formant un tas de pierres. Nous continuons en direction de ce qui nous semble être le centre du bois mais deux ou trois croisements plus loin nous retrouvons notre tas de pierres. La nuit tombe aussi allumons nous nos torches.... Johan regarde en l'air, Ego qui volait en hauteur semble avoir disparu et aucun mage n’a de solutions pour savoir ce qu'il lui est arrivé.... Cela ne sent pas bon du tout, et je ne pense pas cela à cause des fayots d'à midi...

Malgré que nous semblions tourner en rond, nous continuons. Au lieu de faire des talus de pierres, le Criamon se met à faire des dessins avec des petits cailloux. Lorsque nous repassons, les dessins sont différents et il s'y attendait. Des êtres féeriques se moquent de nous et il faut qu'on trouve un moyen de leur faire ravaler leurs rires...
Johan me demande de chanter pendant qu'il incante un sort. Ravi de me détendre, j'entame mon registre de chansons paillardes.
 « Ainsi, tu connais aussi des comptines pour enfants ? » s'étonne Johan.
 « Comptine pour enfant ? Mais c'était « Les Filles de Camaret » ! » Pô juste.

Un peu déçu, je retourne à mon rôle d'arrière garde en chantonnant tout bas pour moi... Je relève la tête et tout le monde a disparu à part Marcellus de Caen.... Bref, tout le monde était perdu sauf nous.
 « Heu... Ils sont passés où ? » Demandais-je.
 « Je crois que la vraie question est plutôt 'où nous, nous sommes passé'…. Le mieux maintenant est encore de nous reposer... Je ne serais pas étonné que d'autres nous rejoignent. »
Je m'adosse à un des arbres formant la barrière végétale. Quitte à me reposer, j'aurais préféré être en tête à tête avec Ouaf. Enfin cela aurait put être pire j'aurais pu me retrouver avec Chymer.
Je commence à peine à fermer les yeux que j'entends un hululement... Ha non, je suis crevé moi. J'attrape le premier caillou que je trouve et le lance sur le maudit volatile. Il les évite comme d'un rien et se pause au sol en se transformant en lynx qui me regarde tout en battant de la queue d'un air mauvais :
 « Autant pour moi. Bon bah bats de la queue si tu peux nous aider à retrouver les autres ou la gamine. »
Les battements de la queue d'Ego s'arrêtent net : négatif. Mais au moins, j'ai gagné. Je m'approche et me penche à son oreille :
« Je me suis toujours demandé, tu peux te transformer en jolie femme ? Une jolie femme bien faite j'entends? » Ego secoue la tête négativement. « Même pas en chèvre à la limite ?» Cette fois-ci Ego s'éloigne un peu plus loin. Dommage, mais au moins on va pouvoir dormir tranquille cette fois.

La nuit se passe sans incidents. Le lendemain, Marcellus Ego et moi même reprenons notre marche mais en chanson de mon répertoire cette fois.
Nous retrouvons finalement Johan seul au milieu de la route. Il ignore ou se trouve les autres mais au moins a t’il une idée pour les retrouver. « J'ai besoin de vous Robert, ne vous inquiétez pas, même si je vous attache une corde à la taille, il n'y a pas de trou en jeu...»
Cinq minutes plus tard je me retrouve comme une vessie de porc accrochée à une corde et flottant au dessus des arbres. Je vous en foutrais moi des mages. De mon point de vue je peux voir le chemin que nous suivons. Je vois la clairière au centre de la forêt mais bizarrement, aucun des sentiers qui serpentent de manière anarchique ne semble y mener. Il va donc falloir sortir des chemins et pourfendre cette muraille végétale. En tentant d'estimer la largeur de la muraille la plus proche je vois comme... comme des ballots de pailles. Ils semblent s'agiter comme si un vent violent les secouait. Johan et Marcellus tire sur la corde pour me redescendre. Une fois le sort annulé je leur indique ce que j'ai vu.
« Bien, annonce Marcellus, alors c'est réglé. Que tous ceux qui ont une épée pourfendent cette muraille végétale qui se rit de nous ! Et que vengeance soit notre !
 Ouais ! M'écriais-je à pleins poumons tout en tirant mon épée au clair.... et en me retrouvant bien seul devant les sourires narquois des mages.»

Je me dirige tristement vers la muraille et commence à tailler le bout de bois. Je peine énormément mais j'avance cependant. Marcellus s'avance à son tour et d'un sort fait disparaître autant de végétal que moi en dix minutes. C'est alors que trois petits êtres en pailles nous attaquent. Je coupe le bras du premier d'un coup de taille mais une fois arrivé à terre son membre se transforme en un être de paille plus petit qui se met à attaquer ma jambe. Nous aurions put nous en sortir simplement mais Johan lance un sort et nous voilà tous dédoublé. Nous et nos ennemis ! Marcellus arrive à se débarrasser d'un des êtres en l'enflammant. Il éteint rapidement le feu avant que la forêt ne s’enflamme. Quant à moi, j'ajuste mon coup d'épée et coupe le 3ème être de paille en une diagonal parfaite. Les deux parties de l'être tombent sans pouvoir se retransformer. Moi qui est fait soldat pour éviter d'être paysan me retrouve à couper de la paille. La vie est vraiment trop injuste. Je coupe proprement mon premier assaillant quand soudain Marcellus me lance une boule de flamme en plein dans les jambes. J'esquive de justesse mais la boule a bien eut le temps de toucher le petit être anciennement bras qui vole en éclat. Je suis à terre, j'éteins désespérément le feu de mes jambes avec une cape. Pétrifié, je jette un regard de terreur à Marcellus puis me relève pour m'approcher de la créature de paille coupée en deux qui tente en vain de se remettre debout. Je suis heureux de le voir refusé de piaillé, je lui machouille quelques brins de paille et l'achève. Les deux sages trouvent fort intéressant ces êtres aussi me font-ils regrouper les morceaux de créatures et me voilà contraint de les porter sur le dos.

Je suis fatigué. Nous parcourons une demi lieue sur le nouveau chemin avant de retrouver nos compagnons. Au moins Ouaf et Naryn peuvent m'aider à porter la paille. Nous sommes encore loin du centre de la forêt, aussi Johan fait léviter Ouaf pour nous aider à nous guider. Il semblerait que nous n'ayons plus que 2 ou 3 murs végétaux et un chemin à traverser avant d'arriver à la clairière du centre de la forêt. Au moins on peut voir le bout du chemin, et nous savons ce qui nous attend derrière chaque mur. Nous retranchons le mur et lorsque les créatures nous attaquent, ils tombent cette fois face au clan des Aigles en rang serré. Nous les massacrons. Je suis fier de mes hommes... et avec un peu de chance si Ouaf est fatiguée, ce soir sera le bon.... Nous marchons puis franchissons la dernière muraille. Derrière se trouve une lumineuse clairière. En son centre, une jeune femme conte des histoires à un groupe de petites fées et de farfadets. Un colosse grisâtre à moitié caché sous une cape s'approche et s'adresse aux mages.
J'écoute d'une oreille discrète. Cet homme, enfin cette chose, semble être le chef et dit se nommer Demyssel, je redoute qu'il prenne mal le fait que je porte sur le dos les restes de ses petits soldats de paille....
Apparemment une fée facétieuse a fait un trou où la jeune Mathilde est tombée et s'est blessée. Prises de culpabilité, les fées l'ont soignées et emmenées ici. Les mages négocient dur en jouant sur l'affectif de la môme pour qu'elle accepte de rentrer. Une fois l'enfant convaincu, l'homme grisâtre parle un peu aux mages de sa « cours de lumière » et leur dit de faire attention à « la cours d'ombre » située plus bas. J'ai pas bien compris le charabia mais cela semblait extrêmement intéresser les mages. J'espère pour eux qu'ils ont tout noté. Moi j'ai cessé d'écouter dés que j'ai compris que la cours d'ombre n'abritait pas de succubes.
En guise d'excuses pour le dérangement, le maître de la cours promet une bonne récolte. Ce n'est pas plus mal pour nous si nous devons nous installer dans le coin. D'ailleurs le Grand Père Vert de Mathilde indique aux mages un endroit au sud empli de magie où ils seraient peut être heureux de vivre. Cependant, dans ces lieux, il ne faut jamais prélever toutes les récoltes, au risque de réveiller une puissance ancienne...
Après que Marcellus est prélevé quelques herbes, nous nous en retournons chez Rostand en son fief sur l’île de la Cappe. Nous lui rendons sa fille adorée. Pour nous remercier, celui-ci confit des terres aux mages. En réalité, il est le vassal du propriétaire de l'endroit nommé Etang de Vaccarès. Il laisse aux mages les droits de récoltes de roseau et les droits de pêche. Lui même n'a jamais eut le courage d'exploiter ces terres. Nous quittons ainsi le Seigneur des Porcelets. Nous retrouvons nos amis à St Giles et partons tous ensemble vers notre futur logis.

Enfin notre voyage s'arrête. L'etang de Vaccarès s'étend devant nous, nous sommes chez nous... Je peux m'en aller faire la conversation aux quelques villageois locaux habitant à quelques lieues de là...

«T’as de bô yeux mignonne tu sais ?... allez laisse moi t'emmener au pays des merveilles... quoi 60 sous, mais c'est que c'est cher par ici.... »

Note : Merci à Sophie (Qui joua Robert le pieu le temps du scénario joué le 03/07/09 avec toute l'équipe de joueurs : Antho (Johan/Mentis), Fab (qui joua le troubadour Pierre), David (Le pélerin Ramos), Lionel (archère Ouaf), Alex (Naryn, guerrier du clan), Bruno (Marcellus), Alban (Chymer) soit 8 joueurs. Chose que je ne referai pas de sitôt ^^.) Sophie qui a donc encore une fois rédigée son petit journal de l'aventure. Enjoy !
study
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://avsv.forumactif.com
Feyd
Admin
Admin
avatar

Messages : 1728
Date d'inscription : 04/04/2009
Age : 820
Localisation : MidSummer night dream... too nightmare ?

MessageSujet: Fin de la partie introductive.   Mer 12 Aoû - 15:02

FIN de la partie Introductive de la Chronique.

Nous passons maintenant dans le vif du sujet.

Chronique Aqua Virtus Sanctum Veritas - Printemps - 1197 - ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://avsv.forumactif.com
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Retrouvailles / Hiver 1196 / Mathilde au pays des merveilles   

Revenir en haut Aller en bas
 
Retrouvailles / Hiver 1196 / Mathilde au pays des merveilles
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Abyss Au Pays Des Merveilles
» Alice aux pays des merveilles / La traversée du Miroir
» La folie d'Alice aux pays des merveilles [Pv: Miku Takyo]
» Voyage au pays des merveilles
» Humpty Dumpty (Alice au Pays des Merveilles) [LIBRE]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Aqua Virtus Sanctum Veritas :: Chronologie de la Saga :: Printemps de l'Alliance-
Sauter vers: