Aqua Virtus Sanctum Veritas

Forum Groupe Ars Magica - Saga de Feyd
 
AccueilCalendrierFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Automne 1203 - Foi de mage, c'est sanglant !

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
LylaHteleb
Magus confirmé
Magus confirmé
avatar

Messages : 992
Date d'inscription : 05/04/2009
Age : 34
Localisation : 3ème Cercle

MessageSujet: Automne 1203 - Foi de mage, c'est sanglant !   Lun 26 Sep - 8:39

[/!\ Non relu par le meujeu] relu

Partie 1 (20/08/2011) :

Joueurs :
- Alban (Jacques Fier à Bras),
- Fabrice (Pierre l’enchanteur),
- Mickael (Diacre Hector),
- Marcheur (Thierry l’apprenti Forgeron),
- Sophie (Harald)

Contexte : Le quaesitor Vedulphe de la maison Guernicus (rattaché au tribunal de Normandie - Alliance de Fudarus, Domus magnus Tytalus) a sommé Guernac de régler le problème du magicien parallèle Fabries. Guernac n’ayant pas les moyens de gérer cela nous appelle à l’aide. En effet, le quaesitor nous a tenus en partie pour responsable car nous avons découvert Fabries sans le maîtriser. A l’annonce de cette nouvelle, le conseil des mages s’est consulté pour résoudre ce problème. Cygnus est le premier à décider de monter une expédition. Dame Lyla après avoir blanchie, annonça qu’elle se portait volontaire également. Chymer, Pestis et Marcellus décident eux aussi de régler ce problème.
En parallèle, l’alliance avait décidé d’aller faire des échanges avec Guernac pour obtenir les 13 pions de virtus terram qui permettrait de terminer le 2eme étage. (Pour terminer la tour il nous en faudrait 40 de plus, ce que nous espérons…)
Pendant que les mages sont à Guernac Jacques Fier a Bras, Harald et Pierre sont partis voir Héloïse.


Jacques Fier a Bras, Harald et Pierre ont pris comme pèlerinage annuel de rendre visite à Dame Héloïse au couvent. Cette jeune fille n’a pas encore prononcée ses vœux mais avait annoncé l’année d’avant qu’elle le ferait bientôt (dans les un ou deux ans).
L’abbaye de Gaudy surplombe le village Avezes entouré de champs. La rivière de la Taurielle sépare la vallée et assure un approvisionnement en eau. L’église du village, accolée au couvent, possède également un petit cimetière.

Mercredi 23 octobre,
Les voyageurs décidèrent de faire halte à l’auberge pour boire un verre avant de se rendre dans l’austérité du monastère.
L’aubergiste nous apprends que le village s’agrandit un peu. Il y a 3 ans une cavalcade du chevalier Hagon le Hargneux qui était venu réclamer une pucelle (dame Héloïse). L’abbesse avait cependant fait appel à deux ou trois nobliaux locaux qui ont réussi à renvoyer Hagon dans ces pénates.
A noter que les autres villageois semblent assez hostile par rapport au groupes (plus que les années précédentes).

Après une bienvenue hostile par la sœur Wilma responsable de l’entrée, nous rejoignons le quartier des visiteurs. Nous y croisons Thierry, un apprenti forgeron déjà croisé l’année précédente, et Hector (un petit gros), un diacre marchant d’une université à l’autre.
Nous lions connaissance autour d’un ragout servie par la sœur Gilda lorsqu’un chant funèbre s’élève d’une salle à côté. Le diacre nous apprend que sœur Julie, une jeune novice est morte, il en ignore les circonstances.

Jeudi 24 octobre,
Les sœurs nous emmènent le petit déjeuner. Sœur Edith, conseillère de la mère supérieur viens nous voir pour nous annoncer que Dame Héloïse ne pourra nous recevoir aujourd’hui mais sans doute demain. Concernant la mort de la sœur Julie, c’est semble t’il ‘certainement’ un accident, l’ordre tente d’éclaircir l’histoire.
Harald et Thierry jouent aux dés tandis que Jacques aide au verger. Sœur Catherine est un peu plus causante que ces sœurs. La Novice Julie a été retrouvée aux écuries, le crane fracassé… Tandis qu’il aide à emmener les paniers de fruits aux cuisines, il croise Dame Héloïse de corvée de patates surveillée de prêt par sœur Gilda. Héloïse profite d’un instant de non surveillance pour dire 2/3 mot à Jacques, elle est très inquiète.
Le midi Jacques informe le groupe que Dame Héloïse est venu la voir pour dire qu’elle avait vu un fantôme, un visage. Depuis la mort de Sœur Julie, les chiens crient a la mort et il se passe des choses bizarres. Les fruits du berger sont moins beaux/bons que d’habitude.
Nous décidons que nous passerions la nuit à trainer dehors pour voir s’il se passe des choses bizarre, notamment aux écuries.
Le Diacre lui passe son temps à la bibliothèque pour faire des copies de documents.
L’après midi nous apprenons auprès de la sœur Anna que cette année ils ont perdu des brebis et que le pâturage est moins vert que d’habitude.
Le soir, nous nous levons de table. Bizarrement le diacre se lève en même temps. Le forgeron nous accompagne car Harald avec un manque de délicatesse lui a parlé. En effet le forgeron ne croyait pas aux fantômes. Sous le manque de discrétion d’Harald le diacre sait que nous allons jeter un œil aux écuries…
Là bas rien de notable… une tache de sang dans une stalle où se trouve un cheval en apparence calme. Dans la stalle d’en face, la paille est tassée... une personne y a dormi ou plus ?
Nous repartons ensuite dans la salle des invités Jacques demande au diacre si l’homme est un mage. Apparemment non, il est intéressé, curieux de la question qui vient de lui être posée. Après une incartade entre Thierry et Harald tout le monde va se coucher alors que les aboiements des chiens du village martèlent la nuit. Les chevaux aux écuries étaient eux aussi nerveux.

Vendredi 25 octobre,
Le père Martin arrive pour faire la cérémonie funèbre de sœur Julie à laquelle nous participons également.
Chacune des sœurs prononcent quelques paroles pour parler de la jeune novice Julie. A cette occasion, lorsqu’une jolie femme blonde parle, une des sœurs un peu plus vieille avait un sourire en coin…
Harald et Jacques vont aux villages pour se renseigner par rapport aux chiens hurlants à la mort tous les soirs. Cela à commencer mardi soir (la sœur Julie a été découverte le mardi matin) et c’est là où ils ont hurlé le plus fort.
Le soir le groupe fait un tour au cimetière pour voir s’il se passe des choses anormales… mais rien ne se passe.
Au moment où l’on va se coucher, nous entendons les loups et les chiens hurler à la mort. Nous entendons un cheval ruer dans l’écurie puis tout se calme mais les animaux sont clairement encore nerveux.

Samedi 26 octobre,
Nous avons enfin l’autorisation de voire Dame Héloïse. Dans la nuit de lundi mardi, elle s’est réveillée le matin avec la sensation d’avoir été visitée par un ange ou un fantôme. Ce dernier l’a alerté d’un danger.
Julie était la plus sage, la plus pieuse et la plus proche d’intégrer les ordres. Cependant la semaine qui a précédé son décès elle était devenue plus sombre, plus irritable, se montant les sangs pour des choses sans gravité.
La sœur Aude qui a tiquée lors de la cérémonie funéraire lorsque la sœur blonde a prononcé des mots sur Julie est une femme suffisante. Elle était celle qui disait que la ruine de la famille était liée au manque de bondieuserie de la famille.
Héloïse nous informe que la mère supérieur inflige de plus en plus de châtiments corporels. La plupart du temps cela est justifié. Avec l’âge la mère supérieur est de plus en plus sévère, mais les fautes toujours là …
Lorsqu’Harald demande, nous apprenons que Héloïse ayant fait preuve de coquetterie lors d’une précédente visite d’Etienne avait elle-même subit un châtiment qu’elle pense justifier.
Quoiqu’il en soit, elle ressent que l’ambiance n’est plus là même. L’abbaye n’est plus un havre de repos comme avant.
Pierre transmet le message de Chymer.
Harald demande à Héloïse où se trouve sa chambre et comment s’y rendre en cas de grave problème.
Pierre, grand voyageur décide d’aller chercher Sir Etienne à Guernac pour le ramener. Therry le forgeron et le diacre l’accompagnera tandis que Harald et Jacques fier à Bras restent, principalement pour être là le 1er novembre pour l’anniversaire d’Héloïse.

Dans la nuit de samedi à dimanche, Sœur Wilma et Sœur Edith (la conseillère de la mère supérieur) viennent taper à la porte du diacre. La mère supérieur réclame sa présence. La sœur Edith remercie Pierre pour sa chansonnette qu’il avait offert aux sœurs pour les consoler du décès de la novice. Pierre sent comme ‘une ouverture’…

Le diacre revient environ 1h plus tard…

Dimanche 27 octobre,
Le lendemain matin dame Gilda est en pleur en nous servant notre petit déjeuner.
Sœur Cécile (qui aidait sœur Anna aux bêtes) et la novice Éléonore sont mortes.
Le diacre était au courant pour la sœur Cécile qui est morte empoisonnée. Meurtre ou suicide, il est difficile de savoir.
Il a été chargé par la mère supérieur d’enquêter en toute discrétion sur cette mort. Il a ainsi accès à tous le couvent. Nous lui parlons, sous serment de son silence, que Dame Héloïse avait eut la visite d’un ange ou fantôme qui l’avait prévenu d’un danger.
Le diacre retourne voir la mère supérieur où il apprend que la novice est morte en faisant une fausse couche. L’ « enfant » n’était qu’une masse de chairs informe…
Le diacre, accompagné de Jacques et Pierre vont étudier le corps actuellement à l’herboristerie.
Ils rencontrent ainsi Sœur Clotilde. Celle-ci a gardé l’enfant dans un bocal que le diacre a immédiatement repéré. La vue de ce qu’il contient est difficilement soutenable car il est difficile de reconnaitre un être humain. S’il n’avait s’agit que de sœur Clotilde le « corps » serait au fond d’un âtre, mais la mère supérieur à insisté pour garder les éléments pour résoudre l’affaire. Pierre n’en supporte pas la vue.
Le diacre envoie Pierre chercher la mère supérieur.
Un contrôle de virginité avait été fait, et la novice était vierge lorsqu’elle est entrée. La novice s’était plainte de douleur au ventre la veille, sœur Clotilde avait effectuée un second test de virginité à ce moment là qui avait révélé la pureté de la jeune femme la veille encore !
Le diacre détecte la présence de démon sur le fœtus. Avec l’accord de la mère supérieur, le diacre demande que le corps soit purifié par le feu et l’eau bénite et à être présent lors de l’opération ainsi qu’un bras armé…
Il charge Pierre et Jacques d’enquêter pendant ce temps dans les affaires des novices.
Il découvre que sœur Julie et sœur Cécile se rendaient aux écuries de temps en temps de manière suspecte. Jacques soupçonne donc que Cécile se soit suicidée par désespoir suite au décès de Julie.
Après des sacrements et des bénédictions, la crémation dure 5 heures. Jacques allant vers la rivière, il découvre un rondin avec au bout un clou. Des traces de sang tendent de montrer que Julie aurait été assassinée.

Le corps de Cécile et Éléonore sont entreposées dans une salle en attendant les derniers sacrements. Le corps de Cécile était vierge et elle n’attendait pas d’enfant. Le corps Éléonore révèle des pieds écorchés comme si elle avait marché dehors les pieds nus. La sœur qui surveille le diacre est retournée. Pierre la console. La sœur était effondrée en voyant sœur Cécile. Elle assiste en effet sœur Clotilde et n’avait pas fermé l’herboristerie ce soir là (comme la plupart des soirs).

Nous allons voir sœur Edith (assistante de la mère supérieur) pour savoir si la sœur Cécile et la novice Éléonore avait été punie.

Le diacre Hector nous révèle que quelqu’un a profanée les livres de la bibliothèque, ajoutant des citations sataniques ou des dessins obscènes au sein des gravures. Les gravures étaient très très fines. La responsable de la bibliothèque qui tente de rectifier les livres, n’est pas capable d'une pareille finesse. L’éducation fournie au personne de la noblesse pourrait donner ce talent à certaines sœurs/novices….

Jacques et Harald vont voir Héloïse. La novice Caroline (la prude) sort de la cellule de sœur Édith en pleurs. Ne pouvant entrer dans la cellule de la Novice, nous allons voir sœur Édith qui nous dit juste que Caroline est bouleversée par les morts récentes. Nous allons ensuite voir Héloïse pour qu’elle réfléchisse à quitter ces lieux de mauvais augures. Sur le retour nous retournons voir la novice Caroline qui parle avec la gardienne des chambres des novices. La novice fragile souffre de la mort de ses collègues. Elle n’est pas prête à s’ouvrir à des étrangers. Nous retournons voir dame Héloïse pour la charger de réconforter Caroline et de savoir si sœur Édith a été blessante.
La nuit nous organisons des tours de gardes. Au deuxième tour de garde Harald détecte une présence provoquant un grand malaise il ne voit rien. Il rejoint rapidement le centre des invités mais pas assez rapidement. L’âtre était presque éteint mais il rougeoie d’un coup et Harald s’endort. Réveillé après quelques heures par Jacques nous voyons que si tous les chevaux sont nerveux aux écuries mais que la porte principale du couvent est ouverte.
Nous réveillons les autres. Harald et Jacques partent au village car ils ont entendu des geignements de chien.
Pendant ce temps les autres font réveiller toutes les sœurs et récupère les armes. De toutes les sœurs et novices il ne manque que la novice Caroline.

Dans le village on entend qu’un seul geignement de chien… nous allons directement dans cette direction…. On arrive à un piquet ou la corde a été rompue. Nous continuons à suivre les geignements et découvrons un chien entrain d’agoniser.
Jacques repère une paire d’yeux rougeoyant.
Il y en a 5 en tout… Ce sont des chiens de l’enfer. Noir luisant, tout en muscle, les molosses ont 3 rangés de dents et mesure prêt d'1 mètre.
Jacques et Harald combattent dos à dos. Si Harald a son armure d’anneau, Jacques est encore en tenue de nuit.
Le reste arrive avant que le combat soit terminé avec les armes mais ne peuvent pas s’approcher pour les donner. Devant se spectacle hors du commun, le forgeron lâche les armes pour s’enfuir poursuivit par une bête. Pierre combat au bâton. Le diacre frappe avec sa torchère et le chapelet. A ce contact la créature hurle alors que les bêtes étaient restées silencieuses jusque là…La créature est réduite en cendre. Les autres déjà très abimés reculent. L’une s’enfonce dans la terre… Jacques est très gravement blessé. Par réflexe, Jacques brûle l’une de ses brûlures au bras, et évanouie. Après les premiers soins du diacre, Harald rapporte Jacques à l’abbaye où les sœurs le soignent. Sœur Clotilde paniquée allait le tuer par un mauvais soin mais le diacre et son assistance réagissent avant. Avec les meilleurs soins, Jacques ne sera pas en mesure de voyagé avant environ 3 semaines.
Tous le monde se repose.

Lundi 28 octobre,
Le groupe parle à sœur Édith. Les affaires de Caroline ont été emportées. Sœur Édith lui avait dit de redoubler de piétée face à cette épreuve mais visiblement la foi de la jeune fille n’a pas été assez forte.
Après interrogation, Sœur Aude dit que si Caroline est partie c’est que sa ferveur n’était pas assez forte. Lors de l’interrogation sur les doutes qu’elle semblait émettre quand sœur Clotilde ventait les vertus lors de la cérémonie funéraire de la novice Julie. Elle nie.
Thierry est entrain de prier à la Chapelle lorsqu’il entend un cri et un bruit étouffé.
Sœur Mathilde, la directrice de la chorale est tombée du premier étage. Elle est morte sur les pavés. Bizarrement elle est en tenue de bal, la chevelure parfaitement apprêtée. La balustrade de la où elle s’est jetée (ou tombé) est cassée (d’après le meneur s’est normal). C’est juste en face de sa cellule. La porte est restée ouverte. Un miroir et tout un matériel de coiffure s'y trouve.
Nous arrivons enfin à convaincre l’abbesse de réunir toutes les sœurs et novice dans la chapelle en priant tandis que les hommes fouillent toutes les chambres.
Dans cette fouille n’est découvert que des preuves de menus pêchés (gourmandise, lettre d’amour d’un ancien amoureux transit…). Aucune des lettres/écritures ne ressemblent aux gravures satanistes.
Ils fouillent toutes les cellules, bureau, herboristerie et cuisine. Dans les caves, Pierre détecte des pierres de couleurs différentes. Ne trouvant pas de mécanisme.
Thierry détruit le mur qui sonnait creux. Il découvre une cellule avec les ossements d’une femme et un reste de chapelet.
Le diacre appel la mère supérieur. L’abbaye a été construite sur d’anciennes constructions. De d’autre ordre ou confrérie, pas toujours chrétiennes mais pas satanique….

Devant ces recherches infructueuses, nous préparons les obsèques de ce corps ainsi que celui des sœurs décédées.
Sœur Catherine (ancienne paysanne s’occupant du verger) nous dit qu’au moment ou sœur Mathilde était tombée, seul 4 sœurs étaient absentes ainsi que la mère supérieur :
- Sœur Wilma (à la porte normalement),
- Sœur Gilda (normalement en cuisine),
- Sœur Céline (la bibliothécaire qui clairement effaçait les traces) et
- Sœur Anna dans les pâturages (Thierry l’a vu).

Mardi 29 octobre,
Pierre et Thierry s’en vont à l’aube pour aller chercher de l’aide auprès des mages sensés se trouver à Guernac. Mais sur le chemin le plus court, ils voient des yeux rouges à l’orée de la forêt. Prenant un détour, ils cavalcadent toute la journée et toute la nuit. Ils se font poursuivre par des créatures aux yeux rouges. Ils étaient sur le point de céder lorsque….

Pendant ce temps, les compagnons restés au couvent continuent leur enquête.

Harald et le diacre apprennent que toutes les novices sont nées le premier novembre….

Harald se réveil groggy, sans arme. Il attrape 2 tisons et se rend à la porte du bâtiment du couvent. Après y avoir tapé sans réponse, il commence à défoncer la porte. Wilma finit par arrivé groggy également. Elle s’est endormie… elle n’a pas de souvenir de devoir apporter les armes à Harald. Elle l’accompagne vers la réserve qui est éclairée mais les armes et armures n’y sont pas. Harald donne à Wilma un tison et la charge de réveiller Jacques et toutes les sœurs tandis qu’il vérifie le couloir éclairé qui va aux geôles. Le couloir des geôles est très fortement éclairé, il est plus long que dans son souvenir. Un râle à son oreille, il frappe d’un geste instinctif embrochant ainsi le diacre qui était attaché au mur d'une geôle. Devant son erreur il le détache et le ramène à la sortie. Le Diacre lui révèle que le les événements diaboliques seraient du fait du père Martin et d’au moins 6 ou 7 acolytes. Cependant pendant sa progression, un cri de femme retentit. Harald repose Hector et cours, et cours, et cours…. dans le couloir qui parait infini.
Jacques réveillé par sœur Wilma juste avant qu’elle sonne le tocsin, rejoint d'une démarche hésitante, Harald dans le couloir. Harald s’arrête, et explique que le couloir semble durer sans fin.
Finalement Harald arrive à rejoindre la porte.
Une salle ovoïde, spongieuse aux murs parcourus de nervures, de vaisseaux palpitants et empreints d'une étrange humidité donne à cette pièce longue de 20m et près de 12 mètres de large, une ambiance infernale et horrible. Au fond un autel ou Isabelle est attachée sur le dos, le ventre distendu. 2 piliers autours ou sont attaché Héloïse et une autre soeur (Aude) fouettée par des démons. Sœur Catherine est attaché au sol, nue avec des créatures à groin la reniflant et la torturant. Elle crie. Derrière l’autel le père Martin et sœur Édith qui a un autre corps, un corps aguichant de démon succube. 7 humains dansent et prient devant l’autel. Derrière ce dernier, un miroir de métal poli laisse entrevoir une étrange image tremblotante de fumée virevoltante.


Les mages qui ont retrouvés Thierry et Pierre l'enchanteur les rejoignent au couvent pour la scène de combat finale.....

_________________
Lyla  Comme je disais récemment à un démon de ma connaissance « souffler n'est pas jouer ».


Dernière édition par LylaHteleb le Mar 27 Sep - 12:59, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
LylaHteleb
Magus confirmé
Magus confirmé
avatar

Messages : 992
Date d'inscription : 05/04/2009
Age : 34
Localisation : 3ème Cercle

MessageSujet: Re: Automne 1203 - Foi de mage, c'est sanglant !   Lun 26 Sep - 8:53

[/!\ Non relu par le meujeu]Relu

Partie 2 (17/09/2011) :
Joueurs :
- Alban (Chymer),
- Fabrice ( Cygnus),
- Mickaël ( Pestis),
- Marcheur ( Marcellus),
- Sophie ( Hteleb),
- Alex Kungsörn

PNJ :
- Braèble(custos de Pestis)
- Ragnar (custos de Cygnus)
- Adéla (custos Marcellus)
- Oéric (custos de Chymer)
- Benoît (sentinelle Metis custos de Lyla)
- 2 archers,

Matériel emporté :
- Epée à pilum de feu,
- 5 animal/4 Corporem (Kungsörn),
- 10 auram/10 aquam (Cygnus),
- 5 mentem (Chymer)
- 4 VIM (Hteleb),
- 10 Herbam (Marcellus)

Quelques infos sont découvertes sur la route de Guernac.
- Hagon le Hargneux a posé son étendard sur le château de Florac. Il a fait des réparations et a relié les 2 territoires. Malgré les tentatives de repeuplement, Florac n’est que l’ombre de ce que c’était avant.
- Le chemin vers les vieux rameaux est réhabilité, la construction d’une tour serait même prévue. Le démon a en effet été détruit par Guernac.
- La construction de la chapelle a été abandonnée suite aux agissements de Fabries. Le monastère a subit 3 tentatives de pillages dont une a réussit.
- Le ban et l’arrière ban du Baron est réunis dans des tentes sous le promontoire de Guernac.

En arrivant à Guernac, nous sommes accueillis par Isengrin (Jerbiton), qui a visiblement eut une blessure récente à la jambe.
En séance de conseil, nous apprenons que lors de la bataille contre le démon, l’un de leur mage Tremere est décédé.
Magmaerus à subit une embuscade de la part de barbares celtes, certainement dirigé par Fabries.
La situation politique est compliquée.
Leur comte (auquel Guernac/Enguerrand, baron de Guernac est vassal) a été excommunié. Il a alors attaqué le Baron de Marsiac allié d'Enguerrand (Marsiac étant aussi vassal du compte). Sur ce, Fabries attaque les chapelles ainsi que des villages. Fabries par ces attaques envers Marsiac et un peu Guernac, semble être lié au comte excommunié.
Arrive alors le quaesitor qui ne s’intéresse pas aux problèmes vulgaires et qui demande à Guernac et Aqua Virtus de régler le problème Fabries.

Guernac quant à eux se prépare à la guerre. Ils nous offrent des ressources.
• Sort écrit de soin : Mains de chirurgien d'amplitude 4.
• 2 Potions (Creo Corpo) de cicatrisation des blessures
• 4 Pions de corporem
• Une carte de la région
• Il nous donne aussi des informations sur la localisation du camp de Fabries.
• 1 pisteur, Jean (non rattaché officiellement à Guernac)
Après une nuit passée à Guernac et un petit déjeuner, nous partons. En même temps l’armée de Guernac se met en marche pour aider Marsiac car des troupes du comte ont été repérées se dirigeant vers la baronnie.

Nous allons au village de Fabries. Ce dernier a été attaqué par le baron de Marsiac. Ne reste la bas que les femmes et des vieilles personnes. Fabries aurait réussit à fuir avec quelques hommes pour se rassembler et contrattaquer.
Kungsörn fait une reconnaissance.
Marsiac est en position défensive avec 100 hommes (dont le baron de Guernac et sa cavalerie). 200 hommes du comte descendent vers Marsiac. pour les affronter. Les fantassins de Guernac arrivent par un autre chemin mais s’ils continuent ils vont être pris en embuscade par des hommes ‘celtes’ tatoués. Au dessus vole une nuée de corbeaux preuve de la présence de Fabries, le mage parallèle.
Fabries est entrain d’incanter au dessus de la falaise. Il fusionne des corbeaux pour créer un énorme corbeau (capable d'assourdir les sons en déployant ses ailes qui couvre une zone d'une ombre magique) de 5m avec ses pouvoirs. S’en suit une grosse bataille. Les hommes qui l’accompagnent ont également des pouvoirs : ils peuvent se transformer en corbeau, créer une illusion d'un double… Nous ressortons de la bataille avec de nombreux blessés. Fabries après de nombreuses blessures à quant à lui disparu d’un coup sans que nous ayons put l’achever. Les combattants celtes ont été capturés ou tués. Pendant que nous soignons nos blessés nous voyons Jean revenir en essuyant sa dague, tâchée de sang. Il a repéré que Fabries s’était téléporté en bas de la falaise. Il l’a suivi jusqu’à une grotte qui lui servait visiblement de sanctum et l’a achevé. Nous vérifions ces dires et nous explorons le Sanctum.
Nous découvrons 6 pions animal (plume de corbeaux) et 2 pions imagonem sous forme de cristaux dans une bourse sur le corps de Fabries. Dans son laboratoire nous découvrons 6 aiguilles en os creuses finement travaillées (du matériel de laboratoire). Il y a aussi 3 fioles d’encre visiblement magique. Il y a également 7 pions de virtus corporem (pions de chairs agglomérées). Il y a aussi une fiole rouge sang visiblement aussi magique…
Nous retournons à Guernac avec nos blessés.
Nous échangeons 1VIM + 2 animal + 10 Auram contre 20 pions terram.
Nous partageons le butin de Fabries. Nous partageons les aiguilles, les pions animal/imagonem. Ils gardent 2 fioles noires et nous conservons 1 noire et une rouge.
Nous avons dépensé tous les pions de corporem pour soigner nos blessés.
Lorsque les troupes reviennent, ils y a de nombreux blessés. Le comte à perdu la victoire morale en évacuant le terrain, mais en terme de pertes, il est gagnant. Le château a même été assiégé par une troupe d'une cinquantaine d'hommes qui semblent-ils, espéraient prendre la forteresse de Guernac par surprise. Mais les deux mages présents, ainsi que quelques hommes les ont massacrés.

Nous repartons. Sur le chemin, après Florac, nous entendons des hurlements animaux. Ces cris sont clairement identifiés comme surnaturels. Après ces cris nous entendons des cris d’agonies d'humains. Nous allons à leur secours. Nous découvrons 6 chiens de l’enfer entrain de se repaitre de 2 corps. Réfugiés dans un cercle de protection contre les démons, les mages arrivent vite à se débarrasser des 6 créatures. L’un des hommes se trouve être Pierre l’enchanteur. Le deuxième est un apprenti forgeron rencontré il y a un certain temps par Chymer. Pierre est aux portes de la mort, il a tenté de se suicider avant que les créatures ne le dévorent. Il nous informe de la situation avant de trépasser. Thierry est soigné par les talents de chirurgie de Marcellus. Nos hommes sont au couvent d’Avèse où la situation est grave et où nos hommes sont blessés et en danger ainsi que dame Héloïse.
Nous préservons la vie du forgeron. Nous nous reposons que quelques heures avant de reprendre une journée de marche, Ragnar porte le corps de Pierre.
En fin de journée les mages arrivent en vu du couvent….

(Combat, ... cf fin plus loin)

Découverte/pillage :
- Pillage du labo de Fabries une fois partagé avec Guernac : 3 pion animals, 1 pion imagonem, 3 aiguilles en os (matériel de labo), 1 fiole d'encre magique, 1 fiole contenant un liquide rouge sang (+ des pions corporem qui ont été dépensés pour les soin)
- 30 pions de type animal sur les serpents
- 10 pions de mentem dans la queue de la succube.
- X pions de X dans les yeux de la succube.
- Dague enchantée du mage Karl
- Médaillon de Karl qui semble (enchanté pour?) stocker du virtus.
- Un médaillon (peut être corrupteur mais on l’ignore) autour du cou de la succube.


Dépenses (en plus des échanges):
- Lyla : 3 pions de VIM de l’alliance +2 VIM perso + X pion des yeux de la succube + 4 pion corpo de l'alliance (sort de soin Marcellus)
- Cygnus : 7 pions Aquam (dépensé pour un lvl 67) ??
- Marcellus : 9 pions de Herbam et 4 terram
- Pestis : 2 pions de VIM perso
- Chymer : 10 pion de Mentem (5 du labo de Fabries et 5 perso)
Divers dépenses en corporem pour les soins (j'ai pas noté qui a fait quoi)


_________________
Lyla  Comme je disais récemment à un démon de ma connaissance « souffler n'est pas jouer ».
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Feyd
Admin
Admin
avatar

Messages : 1697
Date d'inscription : 04/04/2009
Age : 820
Localisation : MidSummer night dream... too nightmare ?

MessageSujet: Re: Automne 1203 - Foi de mage, c'est sanglant !   Mer 5 Oct - 17:22

Lyla voit partir la boule de flammes infernales, et se réfugie derrière le pilier où est encore attachée Héloïse quelques instants plus tôt.
La boule de feu de l'enfer frappe de plein fouet Pestis qui a à peine le temps de faire un quart de tour sur lui même avant de se faire projeter en arrière, le reste de l'explosion laissant le reste du groupe blessé au sol. Excepté Cygnus, encore sur le seuil de la salle, les pieds dans une flaque d'eau.
Lyla sort de son couvert pour riposter mais elle voit la succube s'effondrer contre le piller. Le sort de Chymer, lancé en même temps que la boule de flammes, l'a réduite à l'état d'une coque vide.

Lyla jette un coup d’œil désespéré au groupe de mages pour évaluer la situation. Il est évident qu'un seul sort de soin ne suffira pas. Cygnus sort déjà le parchemin pour le confier aux mages encore capable d'utiliser les pions de virtus qui rendraient les soins permanents.
Lyla se dirige vers les blessés aussi rapidement que lui permette ses récentes blessures.
Lyla examine en premier Marcellus puis regardant Cygnus. "Il vous faut le soigner où il y a de grandes chances que..." Lyla s'interrompt en voyant le signe de dénégation de Cygnus qui lui tendit le parchemin et les pions de corporem.
Son visage se tord devant l'horreur de la situation. Chymer est visiblement blessé et affaiblie. Dans ses bras gémissait la jeune Héloïse. Son torse encore dénudée est parcouru d'entailles et de brûlures liées au fouet. Lyla avait vu ce que pouvait faire subir un seul coup et plaignait intérieurement la jeune femme qui n'a, elle, aucune protection magique.
Mais Héloïse tout comme Chymer s'en sortiraient si seulement ils pouvaient avoir quelques soins non magique.
Un peu plus loin, repoussé dans la pièce par les eaux du torrent impétueux Jacques et Harald sont déjà en dehors de tout secours. Lyla saisit les 4 pions de corporem de l'alliance et le parchemin. Elle se dirigea vers ce qu'elle redoute de voir.
Elle prend une grand inspiration et se dirige vers Pestis allongé au sol sur le côté. Toute la moitié gauche de son corps est brûlée au dernier degré.
Mais le sort de la succube n'avait pas fait que brûler, mais également exploser. Lyla soulève les mains que Pestis tient serré contre son flanc gauche. Elle détourne un instant le regard. Les chaires consumées révèlent une partie des organes. Elle resserre les mains de Pestis sur la blessure béante.
Des lèvres brûlées du mage s'échappent quelques bulles de sang seule preuve que le mage respire encore.
Lyla lance son sort d'œil du médecin une fois encore et est prise d'un hoquet de terreur en comprenant toute la souffrances que doit ressentir le mage.
Les yeux de Lyla s'embuent de larmes et, avec lenteur, Lyla sort sa dague de son fourreau, tout son corps criant de désespoir devant la tâche qu'elle doit accomplir pour soulager de ses souffrance son confrère et compagnon de bataille contre les forces obscures...
Pestis tout proche croit l'entendre murmurer... "Grand maître de la destruction..." Elle saisit alors le poignard à 2 mains puis... relève la tête, les yeux figés droits devant elle...
Cherche-t-elle en elle le courage ? réfléchit-elle ?
Il s'écoule un moment... un long moment où seul les gémissements des blessés remplissent la salle. Ce demi-silence se fait pesant, très pesant... Le temps semble s'être figé pour la maga.
D'un coup, rompant l'immobilité de la scène, Lyla tourne son visage vers la succube effondrée contre le pilier. Elle se relève du chevet du blessé la dague toujours à la main. Sortant les anneaux de sa poche, elle se précipite avec une détermination nouvelle sur le corps de la succube.
Lyla accuse juste un instant de surprise en comprenant que Chymer n'avait fait que la tuer "A sa façon", en lui détruisant l'esprit de la créature infernale. C'est maintenant à elle de finir le travail. Lyla n'hésite pas. Sa dague toujours à la main, c'est d'un pas cependant plus prudent qu'elle s'approche de la créature.
La succube regarde le vide tout en bavant et prononçant des paroles gutturales incompréhensibles.

Lyla saisit fermement la dague et achève la créature d'un coup dans le cœur.
Activant les anneaux elle passe ses mains au dessus du corps sensuel même dans sa morbidité de la créature. Elle s’arrête sur la queue et la tranche mais fit une moue en découvrant qu'il ne s'agit pas du virtus qu'elle attend [la queue représente 10 Mentem] elle pose la queue sans ménagement au sol s'y désintéressant complètement. Reprenant de plus belle sa tache d'analyse du corps, elle ressent enfin un vif soulagement en découvrant la nature des yeux de la créature. Elle fait une grimace et utilise ses propres mains pour arracher les yeux de peur de les abimer avec le couteau. Il s'agit de 10 pions de technique Rego.
Elle retourne alors auprès de Marcellus et lance le sort de soins sur ce dernier à l'aide du parchemin et des pions de corporem restant (4 pions utilisés pour le sort). les blessures liées à l'explosion de la boule de flamme infernales se referment en grande partie. Par contre, le sort n'avait rien pu faire pour les blessures internes du mage verditius.

Marcellus se relève, visiblement éprouvé. Après un moment passé à récupérer de sa profonde fatigue et malgré le soin magique, des blessures qui l'ont touché lors du coup de fouet du démon Serpent semble avoir éteint sa vivacité dont il fait preuve habituellement.

Il se penche sur le corps de Pestis et étale un petit paquet. Il s'agit d'un fourreau de cuir dans lequel un nécessaire de chirurgie. Saisissant une pince et une sorte de lame particulièrement tranchante, il commence par détacher les chairs noircies puis à enlever les morceaux mobiles des blessures. Il passe deux bonnes heures sur le corps de Pestis, agissant de ci, de là pour sauver l'impossible. Épuisé, à la limite de l'inconscience, il finit enfin son grand oeuvre. Pestis est encore vivant. Pour le moment. Les blessures sont recousues, et le sang coule sensiblement moins.

Marcellus se relève et manque de tomber. Regardant les dernières personnes encore présentes dans la salle démoniaque (les autres étaient d'ores et déjà retournés à la surface, les blessés sont entre les mains de la soeur Clothilde et de son assistante), il dit :

"C'est maintenant à notre confrère de se raccrocher à la vie. Tout va dépendre de son désir de vivre... ou de s'abandonner à Hermès... Si l'un d'entre vous est capable de le soulever par lévitation, celui lui épargnerait de grandes souffrances, même dans son inconscience."

Aussi, l'un des mages encore capable de cela procède au transport du corps à travers les strates du région puis enfin jusqu'à une chambre, sur un lit de pierre recouvert d'une étoffe de laine. Un baume est immédiatement appliqué sur la surface du corps brulé et lors des rares moment d'éveil, une soeur tente de lui faire avaler de l'eau et une sorte de gruau.

Chymer, quand à lui, tombe dans une forme d'inconscience dans la nuit qui suit cette bataille contre le démon. Mais cela est déjà, une autre histoire.

_________________
Mors Ulltima Ratio
N'oubliez pas : Le Meujeu est votre ami. Faites confiance au Meujeu.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://avsv.forumactif.com
Feyd
Admin
Admin
avatar

Messages : 1697
Date d'inscription : 04/04/2009
Age : 820
Localisation : MidSummer night dream... too nightmare ?

MessageSujet: Re: Automne 1203 - Foi de mage, c'est sanglant !   Mer 5 Oct - 17:25

Chymer a écrit:
Au lendemain de la dure bataille qu'ils venaient de vivre chacun pensait que tout cette histoire était derrière eux. Cependant au petit matin l'inquiétude était de retour parmis les mages qui veillaient sur leur confrère. En effet, Chymer qui semble-t-il n'avait pas trop souffert physiquement lors de la lutte contre les démons ne se réveillait pas au petit matin.

Son sommeil semblait perturbé, il se remuait comme tentant de se débattre en émettant quelques gémissement dans un premier temps puis en plein milieu de la matinée ce furent des cris comme si son rêve tournait au cauchemar.

[HRP]Voilà je sais je fais encore mes bétises mais bon que voulez vous ce n'est pas la première et ce ne sera probablement pas la dernière. A vous de voir ce que vous faites .... la suite demain matin si c'est approprié ou dimanche soir car ce we c'est Provins[/HRP]

Cygnus a écrit:
"Du repos, du repos et du repos....les acolytes démoniaques m'ont donné quand même des coups de poings et je suis couvert de bleus...."

Cependant quand la fatigue ne le ramène pas à une semi-inconscience, Cygnus veille sur Pestis, à moins qu'un autre prenne sur lui de le faire.

Cygnus ne dit mot, regarde avec un regard inquiet les tribulations cauchemardesques de Chymer.

Il se dit alors à lui-même : "j'ai hâte de rentrer à l'Alliance".

xxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxx

Chymer a écrit:
Les heures passaient mais Chymer semblait continué à vivre un cauchemar peuplé de douleur que ces cris reflétais de manière agaçantes pour ceux qui l'entourait.

Puis en plein milieu de l'après midi les cris cessèrent l'espace d'un instant. Ceux qui se trouvaient à côté de lui purent le voir ouvrir les yeux et prononcées quelques mots sybilins : "J'ai vu Coeur de Montagne !" avant de poussé un autre cri atroces et de tombé inconscient sur sa couche. Des traces de contusions firent alors leur apparitions sur toutes la surface de son corps comme si une série de coup lui avait été porté à l'instant mais de l'intérieur de son corps.

Bien que sa vie ne semblait pas en péril ce ne fut qu'une semaine plus tard que Chymer pu enfin être considéré comme rétabli.

_________________
Mors Ulltima Ratio
N'oubliez pas : Le Meujeu est votre ami. Faites confiance au Meujeu.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://avsv.forumactif.com
LylaHteleb
Magus confirmé
Magus confirmé
avatar

Messages : 992
Date d'inscription : 05/04/2009
Age : 34
Localisation : 3ème Cercle

MessageSujet: Re: Automne 1203 - Foi de mage, c'est sanglant !   Mer 5 Oct - 18:00

Je confirme que je serais resté auprès de Chymer pour tenté d'apaiser ses cauchemars par des paroles rassurantes, épongé les éventuel blessure naissante....

Ha oui, et pour ceux qui épie, Lyla a fait demandé à des servants de bouger son lit (celui de Lyla) au milieu de la pièce... pour ensuite dessiner un cercle de protection anti démon pour la nuit.
... quand Chymer s'est mis à méchamment cauchemardé avec des blessures qui apparaissent, elle aura fait de même autour de son lit.

Comme initialement, Lyla trépignera d'impatience de quitter ces "lieux maudit". Une fois Chymer 'remis', mise à part quelque visite de Pestis, elle cherchera à tout pris a rongé son frein pour ne pas partir sans les autres. Elle ira aider dans des menus taches au potager, fera de longues balades seule autour et dans le couvent, (si la bibliothèque du couvent lui est accessible elle ira aussi y faire un tour, MJ?).

_________________
Lyla  Comme je disais récemment à un démon de ma connaissance « souffler n'est pas jouer ».
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
LylaHteleb
Magus confirmé
Magus confirmé
avatar

Messages : 992
Date d'inscription : 05/04/2009
Age : 34
Localisation : 3ème Cercle

MessageSujet: Re: Automne 1203 - Foi de mage, c'est sanglant !   Mar 17 Jan - 9:04

LylaHteleb a écrit:
[/!\ Non relu par le meujeu]Relu

Partie 2 (17/09/2011) :
Joueurs :
- Alban (Chymer),
- Fabrice ( Cygnus),
- Mickaël ( Pestis),
- Marcheur ( Marcellus),
- Sophie ( Hteleb),
- Alex Kungsörn

PNJ :
- Braèble(custos de Pestis)
- Ragnar (custos de Cygnus)
- Adéla (custos Marcellus)
- Oéric (custos de Chymer)
- Benoît (sentinelle Metis custos de Lyla)
- 2 archers,

Matériel emporté :
- Epée à pilum de feu,
- 5 animal/4 Corporem (Kungsörn),
- 10 auram/10 aquam (Cygnus),
- 5 mentem (Chymer)
- 4 VIM (Hteleb),
- 10 Herbam (Marcellus)

Quelques infos sont découvertes sur la route de Guernac.
- Hagon le Hargneux a posé son étendard sur le château de Florac. Il a fait des réparations et a relié les 2 territoires. Malgré les tentatives de repeuplement, Florac n’est que l’ombre de ce que c’était avant.
- Le chemin vers les vieux rameaux est réhabilité, la construction d’une tour serait même prévue. Le démon a en effet été détruit par Guernac.
- La construction de la chapelle a été abandonnée suite aux agissements de Fabries. Le monastère a subit 3 tentatives de pillages dont une a réussit.
- Le ban et l’arrière ban du Baron est réunis dans des tentes sous le promontoire de Guernac.

En arrivant à Guernac, nous sommes accueillis par Isengrin (Jerbiton), qui a visiblement eut une blessure récente à la jambe.
En séance de conseil, nous apprenons que lors de la bataille contre le démon, l’un de leur mage Tremere est décédé.
Magmaerus à subit une embuscade de la part de barbares celtes, certainement dirigé par Fabries.
La situation politique est compliquée.
Leur comte (auquel Guernac/Enguerrand, baron de Guernac est vassal) a été excommunié. Il a alors attaqué le Baron de Marsiac allié d'Enguerrand (Marsiac étant aussi vassal du compte). Sur ce, Fabries attaque les chapelles ainsi que des villages. Fabries par ces attaques envers Marsiac et un peu Guernac, semble être lié au comte excommunié.
Arrive alors le quaesitor qui ne s’intéresse pas aux problèmes vulgaires et qui demande à Guernac et Aqua Virtus de régler le problème Fabries.

Guernac quant à eux se prépare à la guerre. Ils nous offrent des ressources.
• Sort écrit de soin : Mains de chirurgien d'amplitude 4.
• 2 Potions (Creo Corpo) de cicatrisation des blessures
• 4 Pions de corporem
• Une carte de la région
• Il nous donne aussi des informations sur la localisation du camp de Fabries.
• 1 pisteur, Jean (non rattaché officiellement à Guernac)
Après une nuit passée à Guernac et un petit déjeuner, nous partons. En même temps l’armée de Guernac se met en marche pour aider Marsiac car des troupes du comte ont été repérées se dirigeant vers la baronnie.

Nous allons au village de Fabries. Ce dernier a été attaqué par le baron de Marsiac. Ne reste la bas que les femmes et des vieilles personnes. Fabries aurait réussit à fuir avec quelques hommes pour se rassembler et contrattaquer.
Kungsörn fait une reconnaissance.
Marsiac est en position défensive avec 100 hommes (dont le baron de Guernac et sa cavalerie). 200 hommes du comte descendent vers Marsiac. pour les affronter. Les fantassins de Guernac arrivent par un autre chemin mais s’ils continuent ils vont être pris en embuscade par des hommes ‘celtes’ tatoués. Au dessus vole une nuée de corbeaux preuve de la présence de Fabries, le mage parallèle.
Fabries est entrain d’incanter au dessus de la falaise. Il fusionne des corbeaux pour créer un énorme corbeau (capable d'assourdir les sons en déployant ses ailes qui couvre une zone d'une ombre magique) de 5m avec ses pouvoirs. S’en suit une grosse bataille. Les hommes qui l’accompagnent ont également des pouvoirs : ils peuvent se transformer en corbeau, créer une illusion d'un double… Nous ressortons de la bataille avec de nombreux blessés. Fabries après de nombreuses blessures à quant à lui disparu d’un coup sans que nous ayons put l’achever. Les combattants celtes ont été capturés ou tués. Pendant que nous soignons nos blessés nous voyons Jean revenir en essuyant sa dague, tâchée de sang. Il a repéré que Fabries s’était téléporté en bas de la falaise. Il l’a suivi jusqu’à une grotte qui lui servait visiblement de sanctum et l’a achevé. Nous vérifions ces dires et nous explorons le Sanctum.
Nous découvrons 6 pions animal (plume de corbeaux) et 2 pions imagonem sous forme de cristaux dans une bourse sur le corps de Fabries. Dans son laboratoire nous découvrons 6 aiguilles en os creuses finement travaillées (du matériel de laboratoire). Il y a aussi 3 fioles d’encre visiblement magique. Il y a également 7 pions de virtus corporem (pions de chairs agglomérées). Il y a aussi une fiole rouge sang visiblement aussi magique…
Nous retournons à Guernac avec nos blessés.
Nous échangeons 1VIM + 2 animal + 10 Auram contre 20 pions terram.
Nous partageons le butin de Fabries. Nous partageons les aiguilles, les pions animal/imagonem. Ils gardent 2 fioles noires et nous conservons 1 noire et une rouge.
Nous avons dépensé tous les pions de corporem pour soigner nos blessés.
Lorsque les troupes reviennent, ils y a de nombreux blessés. Le comte à perdu la victoire morale en évacuant le terrain, mais en terme de pertes, il est gagnant. Le château a même été assiégé par une troupe d'une cinquantaine d'hommes qui semblent-ils, espéraient prendre la forteresse de Guernac par surprise. Mais les deux mages présents, ainsi que quelques hommes les ont massacrés.

Nous repartons. Sur le chemin, après Florac, nous entendons des hurlements animaux. Ces cris sont clairement identifiés comme surnaturels. Après ces cris nous entendons des cris d’agonies d'humains. Nous allons à leur secours. Nous découvrons 6 chiens de l’enfer entrain de se repaitre de 2 corps. Réfugiés dans un cercle de protection contre les démons, les mages arrivent vite à se débarrasser des 6 créatures. L’un des hommes se trouve être Pierre l’enchanteur. Le deuxième est un apprenti forgeron rencontré il y a un certain temps par Chymer. Pierre est aux portes de la mort, il a tenté de se suicider avant que les créatures ne le dévorent. Il nous informe de la situation avant de trépasser. Thierry est soigné par les talents de chirurgie de Marcellus. Nos hommes sont au couvent d’Avèse où la situation est grave et où nos hommes sont blessés et en danger ainsi que dame Héloïse.
Nous préservons la vie du forgeron. Nous nous reposons que quelques heures avant de reprendre une journée de marche, Ragnar porte le corps de Pierre.
En fin de journée les mages arrivent en vu du couvent….

(Combat, ... cf fin plus loin)

Découverte/pillage :
- Pillage du labo de Fabries une fois partagé avec Guernac : 3 pion animals, 1 pion imagonem, 3 aiguilles en os (matériel de labo), 1 fiole d'encre magique, 1 fiole contenant un liquide rouge sang (+ des pions corporem qui ont été dépensés pour les soin)
- 30 pions de type animal sur les serpents
- 10 pions de mentem dans la queue de la succube.
- X pions de X dans les yeux de la succube.
- Dague enchantée du mage Karl
- Médaillon de Karl qui semble (enchanté pour?) stocker du virtus.
- Un médaillon (peut être corrupteur mais on l’ignore) autour du cou de la succube.
- Sort écrit de soin de Guernac (voir avec eux pour compensation) : Mains de chirurgien d'amplitude 4.

Dépenses (en plus des échanges):
- Lyla : 3 pions de VIM de l’alliance +2 VIM perso + X pion des yeux de la succube + 4 pion corpo de l'alliance (sort de soin Marcellus)
- Cygnus : 7 pions Aquam (dépensé pour un lvl 67) ??
- Marcellus : 9 pions de Herbam et 4 terram
- Pestis : 2 pions de VIM perso
- Chymer : 10 pion de Mentem (5 du labo de Fabries et 5 perso)
Divers dépenses en corporem pour les soins (j'ai pas noté qui a fait quoi)


_________________
Lyla  Comme je disais récemment à un démon de ma connaissance « souffler n'est pas jouer ».
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Feyd
Admin
Admin
avatar

Messages : 1697
Date d'inscription : 04/04/2009
Age : 820
Localisation : MidSummer night dream... too nightmare ?

MessageSujet: Re: Automne 1203 - Foi de mage, c'est sanglant !   Mer 29 Fév - 12:03

LylaHteleb a écrit:
si la bibliothèque du couvent lui est accessible elle ira aussi y faire un tour, MJ?

Personne ne t'en empêchera. Bibliothèque classique et orientée théologie.

Le couvent est tellement secoué par ce qu'il vient de se passer que l'ambiance est plutôt à la morosité même s'il semble que la victoire a été obtenue...

Toutefois, vous ne pouvez pas trop trainer. Car juste après que le dernier d'entre vous se soit relevé, une troupe armée de Templiers avec à la tête quelques ecclésiastiques vient dans le couvent. Que se passe-t-il après votre départ ? Nul ne le sait.

_________________
Mors Ulltima Ratio
N'oubliez pas : Le Meujeu est votre ami. Faites confiance au Meujeu.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://avsv.forumactif.com
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Automne 1203 - Foi de mage, c'est sanglant !   

Revenir en haut Aller en bas
 
Automne 1203 - Foi de mage, c'est sanglant !
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» L'automne en mille morceaux!
» "SPLENDEURS D'AUTOMNE"
» saison, l'automne : gratin de poires au roquefort
» Un rendez-vous sanglant. [Faith]
» Heinrich Bors (Guerrier-Mage de Malal)

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Aqua Virtus Sanctum Veritas :: Chronologie de la Saga :: Printemps de l'Alliance-
Sauter vers: