Aqua Virtus Sanctum Veritas

Forum Groupe Ars Magica - Saga de Feyd
 
AccueilCalendrierFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Eté 1209 : de Cap(p)e et d'ép(F)ées

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Feyd
Admin
Admin
avatar

Messages : 1728
Date d'inscription : 04/04/2009
Age : 820
Localisation : MidSummer night dream... too nightmare ?

MessageSujet: Eté 1209 : de Cap(p)e et d'ép(F)ées   Mar 25 Oct - 10:00

jeux de mots stupides... Exceptionnellement, les joueurs ont abandonnés leurs personnages pour interpréter des êtres féeriques aux pouvoirs étranges et bien différents des mages qu'ils incarnent habituellement.

Les fées sont réunies dans le bois des Rièges. Le Seigneur Demissel est troublé par une vision. La jeune Mathilde, qui a désormais 17 ans, serait en grave danger. De plus, au contraire de ses habitudes, elle n'a pas profitait de l'arrivée de l'été pour rendre visite à ses amis Féériques.

Demissel demande donc à quelques membres de sa cours et d'autres, notamment un être féerique qui cultive un lopin de terre à proximité d'un village, de se rendre dans la demeure de pierres du père de Mathilde pour s'enquérir de sa santé et si possible, lui proposer de venir retrouver Demissel.

Les fées quittent donc le bois des Rièges et parviennent sur l'Ile de la Cappe mais restent bloqués au pied des murailles. Non sans mal car l'ile est assiégée par des troupes arborant une croix et des barques sous de multiples bannières. Leur parlé étrange change du patois d'Oc que les fées entendent habituellement.

Alors qu'ils réfléchissent à un moyen de pénétrer dans le château, il rencontre le gardien des oies qui planent depuis les hauts murs de la forteresse pour promener ses oies et ses canards sous le couvert d'une brume épaisse. Les fées rencontre ainsi une autre fée, un bébé humain, il y a de longues années, avait été échangé contre un autre, une jeune créature féerique aujourd'hui devenu gardien des oies à l'étrange comportement.

Malgré tout, les féeriques parviennent à rentrer dans le château en passant par une poterne dérobée. Ils peuvent retrouver Mathilde et son père, Rostang des Porcelets, le chevalier qui défend la forteresse au nom de sa famille. Cette dernière a été dénoncée et accusée comme entretenant des affaires avec des hérétiques et ennemi de l’évêque d'Arles. L'armée croisée a donc été mise en état de faire le siège de la forteresse par son général qui la dirige au nom du légat du pape. Enfin, tous ces éléments échappent complétement aux pauvres féeriques qui se demandent bien pourquoi les humains restent ici au lieu de partir et vivre au contact de la nature. Ce n'est décidément pas naturel et visiblement cela rend fou ou bizarre de vivre en contact avec de la pierre...

Rostang après moultes tergiversations décide de confier sa fille aux féeriques afin de la sauver car l'assaut sera sans doute donner prochainement et il y a peu de chances que ses troupes résistent. Nombres de personnes mourront parmi ses serviteurs. Bizarrement calculateur, Rostang décide de jouer son va-tout. Profitant du départ des fées avec Mathilde, qui ne veut pas abandonner les serviteurs du château et son père, Rostang va faire une diversion avec ses quelques hommes d'armes pour permettre aux fées de partir avec des barques et les serviteurs du château. Resteront au château les soldats et une femme qui doit accoucher et qui n'est pas en état de s'enfuir...

La diversion se déroule relativement bien et les fées, Mathilde, les oies et les serviteurs parviennent à passer entre les navires pour rejoindre la côte et s'enfuir vers la Camargue. Pendant ce temps, les troupes de Rostang menées par lui parviennent à porter de lourds dégâts et pertes aux forces croisées.

Les fées parviennent à rejoindre la Camargue et le bois des Rièges avec Mathilde, trainant derrière eux une caravane de domestiques et de serviteurs des Porcelets...

Quelques jours plus tard, l'assaut est donnée, le feu est bouté au château et les hommes d'armes des Porcelets sont vaincus...

La fée qui habitait au château parvient à récupérer quelques bribes des derniers évènements qui se sont déroulés lors de l'assaut.
Au sommet du donjon en flamme du château assiégé, une créature serait soudainement apparue. Une sorte de loup immense blessé et au pelage marqué par la suie, tenant dans sa gueule un jeune nourrisson. La créature aurait sauté du haut du donjon pour disparaître dans les flots du Rhône. Qu'est-il advenu du loup et du bébé ? Nul ne le sait...

Mais serait ce le même loup garou rencontrait quelques années plus tôt ?

(scénario joué le 02/07/2016 avec Sophie, Alban, Bruno, Fabrice et Mickael).

_________________
Mors Ulltima Ratio
N'oubliez pas : Le Meujeu est votre ami. Faites confiance au Meujeu.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://avsv.forumactif.com
 
Eté 1209 : de Cap(p)e et d'ép(F)ées
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Aqua Virtus Sanctum Veritas :: Chronologie de la Saga :: Printemps de l'Alliance-
Sauter vers: